>> Accueil / Page du mois

Page du mois

Sujets du mois

Prochaine journée du club...

 

 

 

                                                              

 


 

 

Une ferme modèle... avec bénéfices!
Vicky Villiard, agronome

Après deux saisons plutôt humides et froides, plusieurs sont en train de perdre la flamme qui les a amenés en agriculture. La performance est au rendez-vous dans tous les domaines de production afin de diminuer ses coûts de production. Il faut maintenant chercher à se démarquer tout en étant rentable et efficace.

Sans vouloir être parfaites, plusieurs entreprises sortent du lot par leurs petites actions qui ont un grand impact sur le milieu agricole. Pour plusieurs, cela représente des coûts considérables mais une fois bien analysé, le jeu en vaut la chandelle.

La bande riveraine, mal considérée par les producteurs, peut être un outil intéressant sur votre entreprise. Lorsqu’elle est d’une largeur suffisante, il est possible de la récolter comme source de nourriture pour le cheptel. Servant de capteur de sédiments, elle assure la retenue du talus. Combinée à une bande arbustive, elle peut décourager les rats musqués à venir élire domicile dans vos berges. Les avantages sont largement supérieurs aux désagréments. Il suffit de s’y mettre pour en découvrir la valeur !

Photo 1 : Bande riveraine

Le brise-vent en champ offre une protection contre l’érosion éolienne, donc une diminution majeure de la perte de sol dans vos champs. Les champs sont maintenant à perte de vue alors il serait bon de couper le paysage afin d’en retirer des bénéfices tels l’ombrage pour les cours d’eau, l’amélioration de la biodiversité (prédateurs pour les espèces nuisibles), création de microclimat pour les champs (augmentation des rendements de 5 à 45% selon la culture), diminution de la vitesse des vents asséchants, accumulation de neige aux endroits stratégiques, diminution de la verse des cultures, contrôle naturel des insectes nuisibles par différentes espèces d’oiseaux insectivores, etc. Nombreux sont les impacts positifs sur l’entreprise lorsque le brise-vent est bien implanté.


Photo 2: Brise-vent de feuillus et conifères en 2 rangées

Les fameux engrais verts qui sont en voie de disparition avec la diminution des superficies en céréales. Il est possible de diversifier sa rotation en ajoutant des cultures intercalaires.  De ce fait, les bénéfices sont immédiats sur les cultures annuelles : diminution des toxines du grain (absence d’impact de la goutte d’eau sur le sol libérant ainsi les spores), réduction de la concentration des adventices, captage des éléments fertilisants possiblement lessivés sur sol nu, meilleure portance du sol en fin de saison, conservation d’un couvert végétal à l’automne, etc.


Photo 3 : Raygrass implanté entre les rangs de maïs grain au dernier sarclage (billonnage)

La rotation des cultures est de plus en plus un critère à ne pas négliger avec le travail réduit de sol, les infestations d’insectes ou de maladies, les problématiques de compaction de sol, etc. La rotation permet de diversifier les travaux de sol et la période de semis. Le désherbage (mécanique et chimique) peut bénéficier d’une plus grande fenêtre de traitement où la combinaison des techniques peut maximiser le potentiel de contrôle des adventices. Ce n’est pas à négliger !

Le travail réduit de sol est également une nouvelle technique qui peut améliorer une multitude de facteurs tout en favorisant la rentabilité de l’entreprise. Tout dépendant du type de travail de sol, la diminution de l’érosion, l’amélioration du profil de sol, l’augmentation de la vie dans le sol (vers de terre, microorganismes et champignons), le rétablissement de l’équilibre des éléments fertilisants du sol, la réduction des toxines et maladies au niveau des grains, bonification au niveau de la portance du sol, etc. Reste à voir si ces techniques se prêtes à vos champs selon leurs conditions (pH, drainage et nivellement).


Photo 4 : Semis direct de soya sur un retour de maïs grain

En regardant tous ces aspects positifs, il est impensable de ne pas vouloir profiter de ceux-ci et devenir peu à peu une ferme modèle. Et pourquoi ne pas rendre l’utile à l’agréable et bénéficier du programme de subvention Prime-Vert du Mapaq pour l’implantation de ces techniques sur votre entreprise?  

 

 

Maximiser les revenus avec peu d’investissements : oui, c’est possible !
Vicky Villiard, agronome

La saison 2009 sera une année mémorable à tous les niveaux! Froid, pluies abondantes, croissance difficile des plantes, récoltes ordinaires, etc., difficile de passer à côté ! Avec les visites au champ qui ont été faites cette année, il est possible d’apprendre de nos erreurs afin de ne pas les répéter dans le futur !

Lorsque l’on se promène en campagne, il est facile de discerner les champs qui sont drainés et nivelés par rapport à ceux qui ne le sont pas. Plants de maïs de différentes hauteurs, coloration non uniforme de la céréale, population variable du soya ainsi que les manques dans les prairies sont des observations courantes cet été. Tout cela à un coût, bien sûr ! Par contre, le drainage convient de plus en plus considérant les conditions climatiques. Et que dire du nivellement ? Un «must» pour éviter les zones où rien ne pousse, pas même les mauvaises herbes !

Ces techniques d’amélioration ont un coût élevé mais lorsque l’on compare le rendement annuel des cultures sur des terres qui n’en sont pas munies, ne vaut-il pas la peine de considérer la question !?! Travailler le sol lorsqu’il est humide au printemps, semer dans des conditions fraîches, fertilisation à la hausse pour cacher les problématiques, désherber au mauvais stade car la météo n’est pas clémente, récolter en conditions inappropriées, etc. Et lorsque l’on regarde le rendement après tout ça, on se demande si ça vaut la peine de cultiver ! 

Si l’on regarde des techniques d’amélioration à faible coût, on peut considérer le travail de sol de plus près : Est-ce qu’il est fait au bon moment (bonne condition de sol)? Est-il nécessaire (labourer un sable en profondeur s’il n’y a pas de compaction) ? La profondeur est-elle appropriée (semis de maïs à 3 pouces)? Est-ce la bonne machinerie (un seul outil pour remplacer 3 passages différents)? Lorsqu’on fait des profils de sol, on peut constater que le travail de sol est loin de représenter ce que le producteur pensait faire. Parfois, l’opération a été effectuée sans raison (sous-soler lorsqu’il n’y a pas de compaction).

La calibration du semoir doit également être envisagée au printemps afin de maximiser le semis. Visant une bonne population de départ, une profondeur de semis adéquate et uniforme, un bon espacement entre les semences et la fermeture du sillon avec de la mie et non par compaction (pour avoir un bon contact sol-semence), vous pouvez considérer que votre semis est réussi.

Le désherbage, qu’il soit mécanique ou chimique, doit être approprié selon les mauvaises herbes présentes et le stade de votre culture. Il serait pratique de prévoir deux scénarios de désherbage afin d’éviter de se faire prendre par les aléas climatiques. Ne pas oublier que le glyphosate n’est pas la recette ultime à tous les contrôles… et qu’il est recommandé de faire une rotation des matières actives utilisées pour supprimer les adventices.

Côté fertilisation, avec le coût élevé des engrais de synthèse, la gestion des engrais organiques prend tout son sens. Il serait bon de valoriser vos résidus de culture ainsi que les engrais verts afin de maximiser le potentiel de vos sols donc vos rendements. Une fertilisation à la hausse ne devrait pas servir à dissimuler les problématiques de champs (drainage, compaction, etc) mais plutôt permettre une augmentation de rendement dans les champs à haut potentiel. La chaux est un élément clé pour le bon équilibre de vos sols alors il ne faut pas la négliger.

Afin de mieux prévoir la prochaine saison, pourquoi ne pas envisager une visite de vos champs cet automne, avec votre conseiller de club, afin d’évaluer la pression de mauvaises herbes, prévoir une rotation de cultures, faire quelques profils de sol afin de cerner des problématiques, examiner l’état de vos prairies, prévoir les travaux de sol, etc. Maximiser vos rendements avec peu d’investissements, oui, c’est possible !

Photo: Champ labouré avec traces laissées par la machinerie agricole = problématiques plus tard en saison!

 

 

 

 

Nous avons célébré le 10e anniversaire du club Durasol Drummond, dimanche le 29 juillet 2007. Ce fut un pique-nique familial TRÈS apprécié des producteurs présents.

Il y avait du lait, du maïs, du pop corn, du gâteau ainsi que de la crème glacée qui ont été offerts aux membres. Il y a eu tirage de prix de présences parmi les producteurs présents.

Tous sont repartis avec le sourire! Ce fut une magnifique journée où les enfants ont pu aller se divertir dans la piscine pendant que leurs parents discutaient autour d'une bière! Quel moment mémorable pour tous ceux qui étaient présents! Bonne fête Club Durasol!