>> Accueil / Conservation du sol

Conservation du sol

Services individuels Services collectifs
  • Profils de sol et évaluation de la compaction
  • Essais semis direct
  • Ajustement de charrue
  • Organiser des sessions de formation
  • Mettre en place des réseaux d'essais
  • Visites de fermes extérieures
  • Visites des essais des membres (été)
  • Journée échange sur les essais
  • Mise en commun de machinerie

Informez-vous!

Sol déficient en matière organique et structure de sol; comment y remédier?
Vicky Villiard, agronome

De plus en plus, lors de profils de sol, nous pouvons constater que les problématiques au champ sont reliées au manque de structure de sol ainsi qu’au manque de matière organique. Comment est-ce possible? Simplement par un travail de sol trop profond (dilution de la matière organique), résidus de culture ramassés, pas d’apport organique (engrais de ferme, résidus municipaux ou industriels), etc. Afin de s’assurer d’un bon rendement, maximiser l’apport et le maintien de la matière organique dans vos champs afin d’en retirer plusieurs avantages!

Lorsque l’on parle de matière organique, cela implique la matière vivante (racines vivantes, microorganismes, insectes, vers de terre, etc), résidus organiques (résidus de culture, déjections animales, compost, racines mortes, etc) ainsi que l’humus, qui est la matière organique stable (produit final de la décomposition).

La matière organique a un impact sur plusieurs éléments dans le sol afin de faciliter la croissance des plantes qui y poussent. L’humus augmente la cohésion entre les particules de sol ce qui contribue à la stabilisation des agrégats. Le sol devient donc plus meuble et plus perméable à l’eau ainsi qu’à l’air. Il est moins enclin à l’érosion (hydrique et éolienne), la formation d’une croûte de battance et maximise l’uniformité au niveau de l’émergence des semis. Caractérisée comme une éponge, la matière organique (qui peut retenir jusqu’à 15 fois son propre poids sec en eau) augmente la capacité de rétention en eau des sols.

La matière organique constitue une source principale d’azote après les engrais de synthèse. En se minéralisant, la matière organique libère l’azote, que les plantes peuvent ensuite utiliser, ainsi que d’autres éléments en quantités non négligeables, tels le phosphore, le potassium, le souffre, etc. L’humus, grâce à son pouvoir tampon, prévient les variations néfastes d’acidité dans le sol.

Ce sont donc les microorganismes qui décomposent la matière organique pour la rendre disponible pour les plantes. Cette décomposition s’opère plus rapidement dans les sols légers, car les microbes sont plus actifs dans les terres bien aérées, rapidement ressuyées et, par conséquent, plus chaudes. C’est pourquoi plus on ameublit un sol, plus il s’aère et se réchauffe. Cela revient à dire que les cultures sarclées consomment plus d’humus que les céréales, et ces dernières, encore plus que les prairies et pâturages.

Comment augmenter le niveau de matière organique dans son sol? Cela se fait sur plusieurs années avec une rotation de culture, l’apport de fumier (plus riche en C/N que le lisier donc libération plus lente), laisser les résidus de culture au champ, intégrer les engrais verts à la rotation, faire des amendements provenant de l’extérieur de l’entreprise (municipaux ou industriels), etc.

C’est une logistique qui promet de bons résultats. Ajouter au travail réduit du sol, vous serez en mesure de remarquer une différence lors du prochain profil de sol dans votre champ!

 

Êtes-vous fait pour le semis-direct???
Vicky Villiard, agronome

Étant donné le bel automne, où plusieurs n’ont pas eu le temps de mettre leur charrue en terre, le semis-direct est peut-être une option intéressante pour le printemps 2007 ! Bien sûr, il faut être prêt mentalement à se lancer… sans avoir labouré !

Évidemment, il ne faut pas penser au semis-direct dans un champ qui n’est pas chaulé, nivelé, drainé, et en conditions optimales car s’il ne rendait pas en régie conventionnelle, le semis-direct ne fera pas de miracle ! Par contre, pourquoi ne pas l’essayer dans un champ et observer… Il est recommandé de se donner trois ans de transition pour vraiment voir le potentiel du semis-direct dans ses champs. Plusieurs membres du Club Durasol Drummond inc pratiquent le semis-direct et le nombre d’adeptes continu d’augmenter.

Maintenant que les coûts sont à la hausse (engrais, herbicides, essence, semences, main-d’œuvre, etc) et que les gains (ventes) ne suivent pas le coût de production, le semis-direct commence à intéresser plusieurs producteurs. Avec un bon suivi avec un conseiller d’expérience, il est possible de diminuer le coût à l’hectare de la culture, sans diminuer le rendement en fin de saison. Pour cela, simplement enlever le coût du passage de la charrue avec un ou deux passages de vibro : l’essence, le temps et la main-d’œuvre sont de belles économies ! Et là, on ne parle pas de ramasser la roche !

Le semis est l’étape cruciale dans la réussite du semis-direct. Il faut s’assurer que le sol est réchauffé et l’humidité bonne. L’utilisation de tasse-résidus est efficace pour dégager le rang et permettre la pénétration de l’ouvre-sillon pour le semis. Il est important que les sillons soient bien fermés par la suite afin d’éviter de retrouver des grains en surface. Par la suite, la régie est semblable au système conventionnel sauf peut-être pour les mauvaises herbes vivaces qui seront plus présentes.

Il est possible d’essayer le semis-direct dans un champ afin de voir si cette technique convient à votre entreprise. Pour cela, il est préférable de prendre votre meilleur champ (bon pH, nivelé, drainé, bonne structure, non compacté, etc). Il est important d’avoir une bonne rotation et d’éviter une même culture deux années de suite. Un semis de soya sur un retour de maïs grain est un bon choix pour débuter. Il est même possible de le faire avec un semoir conventionnel en autant que la profondeur du semis soit uniforme et que le sillon soit bien refermé mais sans trop de pression.

Les avantages du semis-direct sont nombreux : Amélioration de la teneur en matière organique, de l’activité microbienne, des populations de vers de terre, des mycorhizes, de la structure du sol (plus portant pour la machinerie), diminution du temps passé au champ, de l’essence, de l’usure de la machinerie, prévention de l’érosion des sols, réduction de la compaction des sols, etc.

Vous n’êtes pas convaincu ? Pourquoi ne pas faire une année sur deux en semis-direct ? C’est un bon début et ça vous permet de vous ajuster en fonction des cultures et des sols. Peur de vous lancer complètement ? L’option intermédiaire entre le travail conventionnel et le semis-direct est le zone-till ; cela permet de travailler uniquement la zone de semis avec un passage de machinerie avant le semis. La seule façon de savoir si c’est fait pour votre entreprise, c’est de l’essayer. Et comme le proverbe le dit si bien : L’essayer c’est l’adopter !

 

Essai de maïs conventionnel vs zone-till
Vicky Villiard, agronome

Essai sur une période de 3 ans (à compter du printemps 2003) afin de comparer le zone-till au conventionnel. Ceci est fait à St-Germain-de-Grantham chez un producteur qui a acheté la machinerie.

Culture 2004: Maïs Grain
Culture 2003 : Maïs Grain
Antécédent : Soya

Analyse de sol :
pHe : 7,1
%M.O. : 4,5
P(kg/ha) : 177
K(kg/ha):177
Mg(kg/ha): 246
Al(ppm): 1231
CEC(%): 12,0
%P/Al: 11,0

Type de sol: Loam sableux
Drainage souterrain et nivellé

 2005
ZONE-TILL
CONVENTIONNEL
Travail de sol
---
Labour
Date de passage
8 mai 2005
Automne 2004
Date de semis
9 mai 2005
9 mai 2005
Variété
38G17
38G17
Population semée
? plants/acre
? plants/acre
Population calculée

33 000 pl/ac (28/07/05)

28 000 pl/ac (28/07/05)

FERTILISATION
Engrais minéral
230 kg/ha de 15-5-15 +
10 gal/ac 32-0-0 en bande au semoir
Engrais organique
6000 gal/acre de lisier de porc injecté le 11 juin 2005
Azote en post
10 gal/acre d'azote 32 en bande au sarcleur (15/06/05)
DÉSHERBAGE 
Herbicide post levée

Accent Total
En bande le 13 juin 2005

Désherbage mécanique
Essai vers le 1er juin 2005 mais trop de résidus = bourrage
Date de récolte
5 novembre 2005
5 novembre 2005
Quantité récoltée
3109 kg
2943 kg
Superficie récoltée
0,28 ha
0,28 ha
Taux d'humidité
24,0%
24,3%
Rendement à 15%
9 928 kg/ha
9 361 kg/ha
Poids à l'hectolitre
71,0 kg/hl
70,5 kg/hl
RENDEMENT
9 928 kg/ha
9 361 kg/ha

 

 2004
ZONE-TILL
CONVENTIONNEL
Travail de sol
---
Labour
Date de passage
30 avril 2004
Automne 2003
Date de semis
1er mai 2004
1er mai 2004
Variété
38G17
38G17
Population semée
32 500 plants/acre
32 500 plants/acre
Population calculée


32 400 pl/ac (28/06/04)
33 200 pl/ac (20/07/04)


33 400 pl/ac (28/06/04)
34 200 pl/ac (20/07/04)

FERTILISATION
Engrais minéral
200 kg/ha de 16-4-14 en bande au semoir le 1er mai 2004
Engrais organique
3000 gal/acre de lisier de porc injecté le 20 mai 2004
Azote en post
10 gal/acre d'azote 32 en bande au sarcleur
DÉSHERBAGE 
Herbicide post levée

Accent Total
En bande le 27 mai 2004

Désherbage mécanique
Sarcleur avec lisier de porc le 20 mai 2004
Sarcleur avec azote 32 le 22 juin 2004
Date de récolte
18 novembre 2004
18 novembre 2004
Quantité récoltée
4193 kg
3646 kg
Superficie récoltée
0,31 ha
0,28 ha
Taux d'humidité
29,1%
28,5%
Rendement à 15%
11 260 kg/ha
10 807 kg/ha
Poids à l'hectolitre
68 kg/hl
68 kg/hl
RENDEMENT
11 260 kg/ha
10 807 kg/ha

 

 2003
ZONE-TILL
CONVENTIONNEL
Travail de sol
---
Off-set + vibro (1 passage)
Date de passage
4 mai 2003
4 mai 2003
Date de semis
5 mai 2003
5 mai 2003
Variété
39G17
39G17
Population semée
30 000 plants/acre
30 000 plants/acre
Population calculée


31 700 pl/ac (23/06/03)
32 000 pl/ac (14/07/03)
32 000 pl/ac (31/10/03)


27 800 pl/ac (23/06/03)
28 800 pl/ac (14/07/03)
26 000 pl/ac (31/10/03)

FERTILISATION
Engrais minéral
200 kg/ha de 16-4-14 en bande au semoir le 5 mai 2003
Engrais organique
3000 gal/acre de lisier de porc injecté le 16 juin 2003
Azote en post
10 gal/acre d'azote 32 en bande au sarcleur le 26 juin 2003
DÉSHERBAGE 
Herbicide prélevée
Prowl (1,7 l/ac) + Marksman (1,25 l/ac)
En bande au semis
Herbicide post levée

Accent Total
Pleine largeur au stade 3-4 feuilles le 4 juin 2003

Désherbage mécanique
Sarcleur avec lisier le 16 juin 2003
Sarcleur avec azote 32 le 26 juin 2003
Date de récolte
31 octobre 2003
31 octobre 2003
Quantité récoltée
4244 kg
3699 kg
Superficie récoltée
0,309 ha
0,289 ha
Taux d'humidité
27,6%
28,9%
Rendement à 15%
11 699 kg/ha
10 706 kg/ha
Poids à l'hectolitre
68,9 kg/hl
69,4 kg/hl
RENDEMENT
11 699 kg/ha
10 706 kg/ha
 
VISITES  
4 juin 2003
Stade 3 feuilles
Stade 3 feuilles
23 juin 2003
Stade 7 feuilles
Stade 8 feuilles
7 juillet 2003
Stade 9-10 feuilles
Stade 9-10 feuilles
14 juillet 2003
Profil de sol
16 septembre 2003
Test d'azote dans canne de maïs
31 octobre 2003
Rendement

Un profil de sol a été fait dans chaque parcelle et il n'a pas de beaucoup de différences entre les deux sauf une présence plus grande de vers de terre dans le zone-till ainsi que de plus grosses racines des plants de maïs.

CONCLUSIONS

- Durant les 3 années d'essais, les rendements sont un peu plus élevés dans la parcelle de zone-till. En 2005, le rendement dans les 2 parcelles est plus faible, probablement à cause des 3 saisons de maïs consécutives (la rotation de cultures est fortement recommandée). Dans ce cas-ci, le protocole se faisait sur 3 ans afin de valider les résultats obtenus.

- Au fils des ans, nous avons observé une augmentation du nombre de vers de terre ainsi que de la structure de sol lors des profils de sol dans la parcelle de zone-till, ce qui confirme que le travail réduit favorise une amélioration de la vie dans le sol.

- Dans cet essai, le coût de chaque parcelle n'a pas été calculé mais il est facile de conclure qu'en plus de l'augmentation du rendement du côté du zone-till, le nombre de passages réduit de la machinerie vs la parcelle conventionnelle ainsi que de l'amélioration de la structure du sol, le zone-till est favorable pour ce qui est de l'économie d'argent et de temps.

- Il serait intéressant de comparer le zone-till du printemps vs celui de l'automne à savoir s'il y a une différence au niveau de la date de semis, de la levée, des rendements, etc. Dans ce cas-ci, le producteur n'était pas intéressé à comparer les saisons.

- Cet essai à permis de conclure que le zone-till est l'intermédiaire parfait entre le travail de sol conventionnel et le semis-direct. C'est une belle alternative pour un producteur qui n'ose pas se lancer dans le semis-direct sur un coup de tête. Il est a noter que les conditions de sol doivent toujours être propices (sol drainé, nivellé, chaulé, etc) avant de se lancer en travail réduit du sol afin de maximiser les résultats. C'est un pas de plus vers l'agriculture durable...partir de

À partir de 2006, le producteur fera un essai afin de comparer le conventionnel, le zone-till et le semis-direct... À suivre!!!

img